AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


✔ PSEUDO : AlmostAlways
✔ MESSAGES : 51
✔ AVATAR : Clemence Poesy
★ ÂGE : 21 ans
★ NATIONALITÉ : Française
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Etudiante à Harvard


MessageSujet: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Mer 13 Avr - 23:16





Aujourd'hui, Lukas et moi avions décidé d'aller boire un verre ensemble. Depuis cette fameuse nuit que l'on avait passé ensemble, le beau brun était devenu très important pour moi. J'avais décelé, sous ses airs de Don Juan insensible, une faille, une blessure. On ne devient pas si détaché et endurci du jour au lendemain. Apparemment, j'étais la seule à lui avoir dit la vérité en face ou du moins la seule à avoir perçu cette part de bonté et d'altruiste chez lui. Je savais pertinemment qu'il n'était pas aussi détestable qu'il le laissait paraître et c'est certainement pour cela que je m'accrochais. À peine entré dans le pub, il fit une arrivée remarquée. C'était inné chez lui, il avait une sorte d'élégance digne des grands acteurs américains et son charisme accrochait le regard de l'ensemble des filles présentes. Il va de soi que je n'échappais malheureusement pas à la règle. Toute cette effervescence qui se mettait en place semblait lui plaire. À peine avions-nous commandé nos boissons que son attention s'arrêta sur un petit groupe de filles qui le dévorait des yeux en gloussant. Il posa négligemment sa main sur mon avant bras sans cesser de les fixer. « Tu permets, Ambre . Je crois que ces demoiselles m'attendent. » Sans me laisser le temps de protester, il était déjà parti vers ces trois bimbos qui ne lui apporteraient rien. Si, du sexe. Après tout, il ne veut rien de plus alors pourquoi émettre une objection ? Ce n'est pas comme si je n'en aie pas l'habitude. Et puis, je devais me satisfaire d'être son amie, c'était tout de même mieux que son jouet. Je savais que je comptais pour lui d'une certaine façon mais il était bien trop orgueilleux que pour l'avouer. J'étais certainement la seule ancienne conquête qu'il voyait toujours et, au final, ça me suffisait de le voir de temps à autre même si c'était pour le voir finir la soirée avec une autre.

Adossée au comptoir avec mon verre de vodka fraise à la main, je me contentai de le regarder aguicher ces espèces de petites allumeuses du dimanche. De temps à autre, nos regards se croisaient mais je détournais les yeux à la seconde. Il devait comprendre, il devait se douter de quelque chose, mes yeux lui criaient que je l'aimais mais il ne bougeait pas, il restait là, impassible. J'étais occupée à le contempler du coin de l'oeil lorsqu'un jeune homme vint m'accoster. « Vous savez que c'est dangereux pour une femme aussi jolie que vous de se balader seule dans un bar ? » Le cliché. Mais bon, après tout, il tombait bien ce gars, je commençais à bouillonner de voir ces pimbêches se trémousser devant Lukas. Jouant de mes charmes, je m'assis sur un des tabourets du bar, en croisant les jambes, prenant soin de passer négligement ma main dans mes cheveux au passage. Jetant un oeil à Lukas, je remarquai rapidement que l'arrivée de ce beau brun ne lui plaisait pas mais après tout, pourquoi pourrait-il s'amuser et pas moi ? C'était une des choses que je reprochai à Lukas : il n'avouait jamais avoir de l'affection ou même de la tendresse pour moi mais il ne pouvait supporter de voir un autre homme m'approcher. Il était tellement difficile à cerner avec tous ses sentiments contradictoires en lui. Parfois, j'avais l'impression de n'être qu'un passe-temps, un dérivatif et d'autres fois, je me sentais vraiment importante. C'était comme s'il avait deux personnalités : celle qu'il cachait et celle qu'il montrait. Mais le plus compliqué dans tout ça était de découvrir qui il était vraiment. Et je dois bien avouer que parfois, il m'arrivait d'en douter. Le dénommé Alexis m'offrit un verre, puis deux, puis trois,.. Et on finit par arrêter de les compter. Il me proposa ensuite d'aller faire un tour ailleurs, sans grande envie, j'acceptai quand même. Avant de sortir, je croisai une dernière fois le regard de Lukas. J'espérais qu'il se lève, qu'il vienne me chercher, qu'il marque son territoire. Mais il ne fit rien de tout ça et je quittai le pub avec une main inconnue sur mes fesses. À peine sortie, je fus prise d'un frisson, il faisait extrêmement froid tout d'un coup et le touché d'Alexis ne me rechauffait absolument pas, au contraire, il me donnait froid dans le dos mais je devais prendre mon indépendance et montrer à Lukas que je n'ai pas besoin de lui, que je peux très bien m'en sortir toute seule. Je passais mes mains sur mes bras dénudés, tentant de me réchauffer comme je pouvais lorsque j'entendis la porte du café s'ouvrir derrière nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✔ PSEUDO : Tif'
✔ MESSAGES : 93
✔ AVATAR : GaspardHOTUlliel
★ ÂGE : 21 ans
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Harvard


MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Jeu 14 Avr - 1:14



Ambre &
Lukas

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

FLASHBACK

« Lukas, il faut que tu saches une chose avant que tu ne partes. Je suis fier de toi. De ton parcours. De ce que tu es devenu. Tous ces efforts, ce travail acharné porte ses fruits. Regarde-toi. Tu feras un excellent PDG. Qui sait peut-être même encore meilleur que moi. » Il lâcha un petit rire. Chose assez exceptionnelle chez cet homme si froid et distant. Par respect, Lukas esquissa un faible sourire. Tous deux marchaient dans l’allée menant tout droit vers Harvard. Le beau brun regarda avec émerveillement la façade de pierre qui bientôt, serait sa nouvelle maison. Son père et lui avait une vision tout à fait différente de l’entrée de Lukas à Harvard. Pour l’un, ce n’était autre que le synonyme de l’excellence. La continuité en bonne et due forme de la famille Bailey sur le chemin de la perfection. La formation de l’héritier promettant de l’empire monté par son géniteur. Pour l’autre, Harvard était l’incarnation même de la liberté. De la vie. Enfin, il pourrait jouir de ce sentiment d’évasion. Enfin, il pourrait être maître de son quotidien. Enfin, il serait loin de cette autorité parentale qui, pendant trop longtemps, lui avait pourri la vie jusqu’à la dernière seconde. « Tous nos espoirs reposent sur toi Lukas. » Pour renforcer l’ampleur de ses paroles, il posa sa main sur l’épaule de son fils. Lukas tourna légèrement la tête pour faire face au regard perçant de son père. « Je tâcherai de ne pas vous décevoir père. » Satisfait, son père lui sourit. Sa main retomba vivement le long de son corps. L’héritier baissa la tête. Dans sa tête, tout se mettait en place. Dès que son père serait parti, il abandonnerait ce masque de fils modèle pour le troquer contre la vie d’un vrai jeune. Fini les livres. La pression. L’acharnement. Le besoin d’être excellent. Désormais, à lui les filles. L’alcool. La popularité qu’il a tant convoitée. Harvard sera son lieu de débauche.

FIN DU FLASHBACK

Son adolescence vécue derrière les livres n’était plus, désormais, qu’un lointain souvenir. Sa vie, il la passait en charmante compagnie, dans les bars ou encore à flâner avec sa bande d’amis. Il s’était forgé cette étiquette de coureur de jupon sans cœur, qui il faut l’avouer, ne lui déplaisait guère. Les conquêtes s’amoncelaient dans son tableau de chasse. Profiter. Tel était son but. Son seul but. Pour une fois qu’il était loin de l’emprise de son père, il voulait faire ce que bon lui semblait. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s’en chargeait avec brio. Après tout, ne lui avait-on pas recommandé, depuis son plus jeune âge, d’être le meilleur ? Quel qu’en soit le domaine ?

Vêtu d’un blazer noir et d’une chemise blanche lignée grise, il entra dans le café où s’ils étaient donnés rendez-vous avec Ambre. Ambre… Leur histoire n’aurait pu s’en tenir qu’à une simple histoire d’un soir. Mais avec Ambre, c’était différent. Elle était différente. Elle lui avait parlé. Lui avait demandé pourquoi. Elle avait cherché à comprendre. Comprendre pourquoi il était ainsi. Pourquoi il ne voulait pas changer. C’était là, que résidait la différence. Il lui avait promis, il s’en souvient encore, qu’il allait changer, avant de partir. Avant de la laisser seule dans ce lit. Mais Lukas n’avait jamais été fort pour tenir ses promesses. Dès le soir suivant, il s’était encore une fois laissé tenter. Encore un fois, il avait partagé sa nuit avec une belle inconnue qui le lendemain ne serait plus qu’un lointain souvenir. Mais Ambre, elle ne s’en tint pas qu’à être un simple souvenir. Et même si Lukas l’aurait voulu, il n’aurait pu s’y résoudre. Elle l’avait chamboulée. Elle l’avait fait réfléchir. Et bien qu’il ne la connaissait pas, chez elle, il avait pu trouver le réconfort et l’attention que longtemps il avait cherchée, mais n’avait jamais pu trouver. Oui, il tenait à elle. Oui, elle avait de l’importance à ses yeux. Ne jamais montrer ce qu’on ressent, tel était un autre impératif qu’on lui avait inculqué. Face à elle, il restait impassible. Toujours impassible.

A peine mit-il un pas dans le café que tous les regards se posèrent sur lui. Les filles le regardaient avec une certaine excitation, le désir pouvant se lire sur leur visage et dans leurs yeux. Les garçons, eux, se demandaient quelle fille serait sa prochaine victime. Certains voyaient en lui une sorte d’exemple. Après tout, n’était-il pas le maître dans l’art de draguer. D’autres le jalousaient pour cette popularité et cet attrait incessant que ces dames lui portaient. Il aimait ça. Se sentir aimer. Etre le sujet des conversations. Très vite, il vit celle pour qui il était venu. Assise au bar, Ambre le regardait s’avancer vers elle. Arrivé à sa hauteur, il lui déposa un chaste baiser sur sa joue avant de prendre place à ses côtés. Il commanda distraitement à boire, son attention retenue par une bande de fille qui ne cessait de lui faire des regards aguicheurs et glousser lorsque Lukas leur souriait. L’envie de les rejoindre devint insoutenable. Il avait besoin d’être auprès de ces filles qui ne manquerait assouvir les moindres de ses désirs. Elles avaient le même effet qu’une drogue. « Tu permets, Ambre. Je crois que ces demoiselles m'attendent. » Sans attendre une quelconque réponse de sa part, il se rendit vers ces dames qui, à l’arrivée du beau brun, ne se sentaient littéralement plus. Elles n’attendirent pas une seule seconde pour le coller et commencer à lui conter fleurettes. Au milieu de ces filles qui n’hésitaient pas à mettre en avant le moindre de leurs atouts, Lukas se sentait à sa place. Ambre. Il détourna vivement le regard pour le porter sur la jolie blonde. Dès qu’elle croisa son regard, elle fit mine de regarder autre part. Les gloussements de filles, leurs compliments, leurs paroles pleines de sous-entendus lui parvenaient comme des échos. Il secoua légèrement la tête, cherchant à se ressaisir. Une fille, Britanny, commença à lui caresser la joue. Sa main descendit alors sur son torse et avant qu’il n’ait eu le temps de se rendre compte ce qu’il se passait, elle l’embrassa. Fougueusement. Le regard de Lukas se posa, une nouvelle fois, sur Ambre, tel un aimant. C’est alors qu’il le vit. Un garçon. De là où il se trouvait, il pouvait observer toute la scène. Certes, il n’entendait pas ce qu’ils se disaient, mais il fallait être ignare pour ne pas comprendre ce qu’il se tramait. Se détachant de l’emprise de la fille, il prit son verre posé sur la table et but une longue gorgée comme dissiper sa propre colère. Et jalousie. Le regard d’Ambre se reposa à nouveau sur son ami qui ne se priva pas de lui lancer un regard noir. Contre toute attente, ils se levèrent. Lukas observa Ambre partir avec cet inconnu. Pourquoi bon sang ?! Pourquoi partait-elle avec ce nigaud alors qu’elle était avec lui ? Il jeta un coup d’œil furtif aux filles qui lui tenaient compagnie. N’était-ce pas ce qu’il était en train de faire ? La laisser tomber pour d’autres filles ? « Excusez-moi mesdemoiselles, mais je vais devoir vous laisser. » Protestations. L’une d’entre elles lui attrapa le visage et plaqua ses lèvres contre celles du Don Juan. Au moins, elle pourra se vanter de l’avoir embrassé. Sans plus attendre, il sortit du café. Elle était là, à quelques mètres de lui. Avec l’autre gars. « Ambre ! Où vas-tu ? » Une certaine colère pouvait se faire sentir dans sa voix. En quelques foulées, il réduit à néant les quelques mètres qui la séparait d’elle. Se trouvant face à elle, il plongea son regard dans le sien, cherchant à y déceler la réponse de son départ précipité. Mais tout ce qu’il réussit à y trouver, ce fut de la colère. Une colère qu’il ne lui connaissait pas. Un raclement de gorge le ramena à la réalité. Il jaugea le garçon avec qui elle se trouvait. « Et ne me dis pas que tu comptais vraiment partir avec lui ? » Il avait prononcé ce dernier mot avec autant de dégoût que s’il avait pu marcher dans une crotte de chien. Il ne comprenait pas pourquoi il était en colère contre elle. Après tout, elle faisait ce qu’elle voulait et avec qui elle voulait. Mais il ne pouvait se résoudre à la laisser partir. C’était tout bonnement inconcevable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✔ PSEUDO : AlmostAlways
✔ MESSAGES : 51
✔ AVATAR : Clemence Poesy
★ ÂGE : 21 ans
★ NATIONALITÉ : Française
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Etudiante à Harvard


MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Ven 15 Avr - 1:25





Je dois bien l'avouer, voir ses filles tripoter Lukas m'avait mise hors de moi. Si bien que j'avais agi comme une idiote en m'offrant au premier inconnu qui est passé. Je ne sais pas trop ce que je cherchais : à faire réagir l'homme dont j'étais amoureuse ou à penser à autre chose ? C'était certainement un mélange des deux et cette réaction ne me ressemblait absolument pas. Vous savez, on dit que la perte d'un être cher vous endurcit et bien moi, ça a été le contraire. Lorsque j'ai perdu ma mère, je suis devenue beaucoup plus douce. La petite fille énergique et surexcitée a disparu pour laisser place à une personne bien plus posée et calme. C'était idiot à dire mais je crois bien que j'ai dû devenir une femme bien plus tôt que je ne l'aurais dû. J'avais la responsabilité de ma petite soeur pendant un temps, il faut dire que mon père a eu beaucoup de mal à faire le deuil de ma mère, d'ailleurs, je ne suis pas sûre qu'il l'ait fait un jour. Quoi qu'il en soit, je n'étais pas de ces impulsives qui s'énervent pour un rien, de ces gamines pourries gâtées qui ne supportent pas de sentir quelque chose ou quelqu'un leur échapper. On n'avait jamais roulé sur l'or mais mon père m'avait inculqué des valeurs essentielles qui surpassaient l'argent dans tous les domaines. S'il ne m'avait pas appris qu'il faut se donner à fond pour y arriver, je n'aurais jamais été assez ambitieuse que pour entrer à Harvard. Je pense que le fait que ça n'ai pas été facile me donne encore plus la volonté d'y arriver : pour mon père, pour ma mère, pour ma soeur et pour prouver à tous ceux qui nous ont un jour dénigré que l'on peut parvenir à tout avec de la niaque. Je n'étais pas une capricieuse habituellement mais là, il faut croire que j'étais différente lorsqu'il s'agissait de Lukas.

Lorsque j'entendis la porte claquée, je me retournai, par réflexe mais surtout par espoir. Il était là. « Ambre ! Où vas-tu ? » Mon orgueil reprit le dessous et même si j'avais envie d'aller me blottir dans ses bras comme une gosse, je restai pétrifiée, la main d'Alexis toujours posée sur mon postérieur. Après tout, Lukas m'avait tout de même laissé en plan juste pour assouvir son désir de plaire, je me devais de lui faire payer, même de façon minime. « Je sais pas trop.. Chez lui, je présume. » Malgré mon besoin de me confronter à lui, je ne parvenais pas à le regarder en face. Il faut dire qu'il a des yeux dans lesquels une seconde est suffisante pour se perdre et je n'étais pas certaine de pouvoir résister à ce regard très longtemps. Comme s'il lisait dans mes pensées, il vint se poster devant moi en quelques enjambées, m'obligeant à soutenir son regard. La seule chose que je parvins à faire, c'est lui lancer un regard rempli de colère et de tristesse à la fois. Jamais je ne l'avais regardé d'une telle façon, mais là, s'en était trop, il m'avait blessé. Il m'avait blessé bien plus qu'il ne semblait l'imaginer.

Il soutint mon regard un moment avant de le dériver vers Alexis qu'il jaugea de haut en bas. « Et ne me dis pas que tu comptais vraiment partir avec lui ? » Je sentais le dégout et le déni dans sa voix ainsi que dans son regard. Je dois avouer que pour le coup, je ne comprenais pas trop sa réaction, il passait son temps à aguicher des filles et moi je n'aurais pas le droit de partir m'amuser avec un garçon ? J'étais majeur et vacciné à ce que je sache et il n'avait pas à me piquer une crise de la sorte devant Alexis. « Et pourquoi pas ? Et puis, tu peux me dire depuis quand tu surveilles mes fréquentations ? » J'étais en train de m'emporter mais au fond, c'était ça que je voulais depuis le début : qu'il me rattrape. Seulement, j'avais l'impression que ce n'était pas pour la bonne raison, il semblait simplement être comme un gamin à qui on aurait piqué son jouet. Il était de ceux qui veulent ce qui leurs échappe, il faut croire. Je jetai un coup d'oeil vers le pub où le groupe de filles qu'il avait charmé nous épiait, le nez collé à la vitre. « Elles t'attendent à nouveau et je sais que t'es de ceux qui aiment se faire désirer mais tu ferais certainement mieux d'y retourner.», ajoutais-je en lui montrant la fenêtre d'un mouvement de tête. Alexis remonta doucement sa main sur ma taille, j'étais mal à l'aise et je détestais lorsqu'il me touchait mais il ne fallait surtout pas que je le montre, ça ferait bien trop plaisir à Lukas. Mes bras croisés sur ma poitrine, j'affrontais le Don Juan du regard, espérant me montrer un peu moins passive et sensible pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✔ PSEUDO : Tif'
✔ MESSAGES : 93
✔ AVATAR : GaspardHOTUlliel
★ ÂGE : 21 ans
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Harvard


MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Ven 15 Avr - 7:47



Ambre &
Lukas

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Lukas et les filles, c’est une histoire qui ne remonte seulement qu’à son entrée à Harvard. Auparavant, le sexe opposé était pour lui une sorte de fantasme insaisissable. Qui aurait pu croire qu’il fut un temps où le jeune homme faisait un piètre dragueur ? Son image actuelle ne ressemblait en rien à ce qu’il était durant toute son adolescence. Dès qu’il fut installé à New-York, il troqua son look de petit intello bigleux contre celui d’un homme raffiné et à la classe stupéfiante. Bon certes, il faut l’avouer qu’il lui arrive de ressortir ses vieux vêtements et les porter quand il est seul chez lui et qu’une bouffée de motivation l’eut envahi pour travailler. Quoiqu’il en soit, en public, il restera toujours ce gars à la démarche assurée, au regard perçant et au sourire en coin à faire fondre les demoiselles. Son passé est révolu. Ces années où les seules filles qu’il pouvait toucher étaient celles des magazines faisaient partie des souvenirs qu’il avait jetés au placard. Désormais, il passait son temps dans les draps d’hôtels luxueux se réveillant aux côtés d’une charmante inconnue qu’il ne tardera pas à remplacer par une autre. Encore et encore. Pour lui, il voit les filles comme des objets de désir. Il n’a jamais été très fort pour ressentir autre chose que l’envie de les mettre dans son lit. De leur faire la cour. De les charmer. Il n’a jamais réellement partagé quelque chose de différent avec une fille. Si ce n’est Ambre. Certes, le scénario était le même qu’avec toutes les autres filles. Drague, alcool, fin de la soirée passée sous la couette. Mais au final, ne peuvent-ils pas parler sans pour autant faire des sous-entendus au sexe ? Peut-être était-ce pour cette raison qu’il ne pouvait supporter l’idée de la laisser partir avec un autre. Peut-être qu’en partant avec lui, elle laisserait en même temps tomber et Lukas mais aussi leur amitié qu’il affectionnait tant.

« Je sais pas trop.. Chez lui, je présume. » Pour toute réponse, il secoua frénétiquement la tête tout en pinçant les lèvres, geste qui laissait facilement transparaître ses ressentis vis-à-vis de la situation. Lorsqu’il lui demanda, avec dégoût, si elle comptait parti réellement partir avec ce gars, elle lui répondit tout simplement, comme si la chose paraissait tellement évidente : « Et pourquoi pas ? Et puis, tu peux me dire depuis quand tu surveilles mes fréquentations ? » A l’extérieur, Lukas affichait son habituel masque d’impassibilité. Il avait mainte fois déstabilisé ceux avec qui il débattait, pouvant rester des heures sans afficher le moindre de ses sentiments. Ceci pouvait être un avantage. Un très gros avantage. Tout comme un inconvénient. A l’intérieur, il fulminait. Il savait pertinemment qu’il n’avait aucune raison de se mettre dans cet état. Il le faisait tous les soirs sortir avec des inconnues. Et même quand il était en sa présence. Il pourrait au moins lui laisser la liberté de faire ce qu’elle avait envie, non ? « Depuis que je suis ton ami. Ecoute, ce gars, il suffit de le voir pour comprendre que c’est un connard. Tu veux vraiment passer la soirée avec ça ? » Il dévisagea avec mépris le nouveau compagnon d’Ambre. Qu’est-ce qu’elle lui trouvait bon sang ? Dans les yeux de ce gars, Lukas pouvait y déceler la même lueur qui brillait dans ses propres yeux. Celle du désir. Insupportable. Il détourna le regard de ce nigaud de première pour le reposer sur la jeune fille. C’était bien la première fois qu’ils se retrouvaient dans une situation pareille. Certes, ils avaient déjà connu d’autres disputes. Mais celles-là n’étaient en aucun cas comparables à celle qui les animait aujourd’hui. « Tu vas le regretter Ambre, si tu pars avec lui. » Il ne savait pas si elle allait vraiment le regretter. Peut-être serait-elle comblée, qui sait. Ses paroles avaient pour seul but de la faire réfléchir un tant soit peu avec qu’elle ne décide vraiment à monter dans la voiture de ce débile et de sauter le pas. De la faire rester. Auprès de lui. Un pur acte d’égoïsme me diriez-vous. Du même genre qu’un sale gosse de riche qui ne veut pas prêter ses jouets. Ambre n’avait rien d’un jouet aux yeux de Lukas. Bien au contraire. Et pour une raison qu’il ignore –ou qu’il tente vainement de refouler-, il ne peut supporter l’idée qu’elle puisse passer la soirée au bras d’un autre.

« Elles t'attendent à nouveau et je sais que t'es de ceux qui aiment se faire désirer mais tu ferais certainement mieux d'y retourner. » Et bam ! Voilà comment elle le congédier. Comment elle le priait de la laisser tranquille avec ce gars qui n’en valait pas la peine. Puérile. Vexant. Il faut l’avouer. Lukas était vexé. Ses quelques paroles qui auraient très bien le faire rire dans un autre contexte ne faisait qu’envenimer d’autant plus la colère qui le rongeait. Il se rapprocha de quelques centimètres d’Ambre. Son visage était si proche de celui de la belle blonde qu’il pouvait observer chaque pore de sa peau. Sentir son odeur enivrante lui chatouiller délicieusement les narines. Il aurait voulu lui dire qu’il préférait de loin rester avec elle. Qu’il était désolé de l’avoir laissée seule ainsi. D’avoir encore et toujours agi en pure idiot. De ne pas avoir tenu sa promesse. « Classe Ambre. C’est ta façon à toi de me dire : "Dégage, j’ai beaucoup mieux à faire que de rester avec toi" ? » Il siffla entre ses dents. Il soutint encore son regard quelques secondes. Et puis, il baissa les yeux sur les hanches de la belle blonde et y vit avec effarement la main du gars qui l'enlaçait, la tenant fermement collée à lui. C'en était trop. Il recula brutalement. Tout en mimant avec ses mains, il lui lâcha : « Oh, et puis tu sais quoi ? Va faire joujou avec ton nouveau copain. T’as raison, je ferais mieux d’y retourner. Au moins ces filles, elles me prennent pas la tête ! » Et il fit demi-tour. Lorsqu’il croisa le regard des filles collées littéralement à la fenêtre, elles lui firent signe de venir le rejoindre. Tout en leur souriant faussement, il repensa à ce qu’il venait de dire à Ambre. Et il regretta amèrement ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✔ PSEUDO : AlmostAlways
✔ MESSAGES : 51
✔ AVATAR : Clemence Poesy
★ ÂGE : 21 ans
★ NATIONALITÉ : Française
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Etudiante à Harvard


MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Ven 15 Avr - 18:52





Je n'avais jamais été ce que l'on appelle une "femme à hommes". Contrairement à Lukas, la séduction était loin d'être mon domaine de prédilection. De ce point de vue là, j'étais très différente de ma soeur, elle était la délurée, la dépravée de la famille alors que de mon côté, j'étais plutôt la fille sage et studieuse qui ne trouvait pas le temps pour sortir ou plutôt qui ne voulait pas trouver le temps pour sortir : je préférais de loin lire des tonnes de bouquins ou danser pendant des heures devant mon grand miroir. J'avais eu quelques petits amis mais ce n'était jamais rien de très sérieux, c'était surtout pour persuader mon père que je n'étais pas de l'autre bord comme il semblait le croire à l'époque. Quoi qu'il en soit, je n'étais pas du genre à user de mes charmes mas plutôt à être la copine de la bombe, vous savez, la fille que l'on ne remarque que parce qu'elles se rongent les ongles ou tourne trois fois sa paille dans son verre par minute. Depuis que j'étais arrivée aux États-Unis, néanmoins, je semblais plus attirer les regards, c'était sans doute la "French touch". Néanmoins, je n'avais pas changé mon comportement jusqu'à ce fameux soir, cette fameuse nuit que j'ai passée avec Lukas. Ce n'était vraiment pas mon genre de coucher avec un inconnu de cette façon mais il faut croire que j'étais attiré à lui comme un aimant.

Encore aujourd'hui, mon comportement était inhabituel avec Alexis, c'était peut-être ça qui déroutait Lukas, il ne reconnaissait pas l'Ambre qu'il connaissait. De nouveau, j'agissais de la sorte pour lui ou plutôt à cause de lui. « Depuis que je suis ton ami. Écoute, ce gars, il suffit de le voir pour comprendre que c’est un connard. Tu veux vraiment passer la soirée avec ça ? » Je ne lui répondis pas et me contenta d'esquisser un sourire sarcastique. Lukas était vraiment mal placé pour me faire une réflexion de la sorte surtout que si j'avais choisi Alexis, c'était parce qu'il me faisait un peu penser à lui avec ses phrases de tombeur toutes faites et sa nonchalance. « Tu vas le regretter Ambre, si tu pars avec lui. » Je le savais, je savais pertinemment que j'allais le regretter mais je savais également que j'allais regretter d'être venue si je restais là assise au comptoir à boire ma boisson pendant que lui aguiche des filles qui se sont amourachées de lui au premier coup d'oeil. En parlant d'elles.. Il ferait mieux d'aller les retrouver.. Mais si ce n'était pas ce que je voulais, c'est ce que je formulai, histoire de lui faire croire que j'avais vraiment envie d'être seule mais surtout histoire qu'il comprenne que j'en avais marre d'être lâchée dès qu'une fille avec un joli petit cul se pointait. Je voyais néanmoins bien dans son regard que je l'avais vexé, qu'il était blessé et que son ego venait de prendre un sacré coup mais je ne bougeai pas d'un millimètre, mon regard toujours fixé dans ses prunelles.

Avec rage, je le vis s'approcher vivement de moi, son visage s'arrêtant à seulement quelques centimètres du mien. Afin de soutenir son regard, je du relever légèrement le menton. À cette distance infime, je pouvais sentir son parfum envoutant et voir chacun des traits fins de son visage en détails. « Classe Ambre. C’est ta façon à toi de me dire : "Dégage, j’ai beaucoup mieux à faire que rester avec toi" ? » Même fulminant, je le trouvais toujours aussi magnifique. C'était fou cette emprise qu'il pouvait avoir sur moi, ce pouvoir qui me rendait si versatile moi qui étais d'une nature calme et posée. « Non, Lukas. C'est juste ma façon à moi de te dire : "Tu me laisses tomber alors que l'on est censé passer la soirée ensemble, je peux faire de même". » Je croisai les bras sur ma poitrine, ses grands yeux bleus me fixèrent encore un moment avant de glisser sur ma taille. Aie. Il devait s'en être rendu compte, son joujou était entre les mains d'un autre qui semblait s'y agripper. Je remarquai rapidement que ça l'excédait, je commençais à le connaitre et puis, son recul soudain ne laissait aucune place au doute. « Oh, et puis tu sais quoi . Va faire joujou avec ton nouveau copain. T’as raison, je ferais mieux d’y retourner. Au moins ces filles, elles me prennent pas la tête ! » Sans me laisser le temps de répondre, il se retourna comme pour retourner au pub. C'était fou ce qu'il pouvait m'énerver lorsqu'il avait un comportement aussi puéril et agaçant. Prise d'une fureur incontrôlable, je m'entendis hurler dans toute la rue, je venais sans doute de réveiller quelques habitants. « Non mais tu te fous de moi ou quoi ! Tu m'avais promis d'arrêter ! Tu me l'avais promis Lukas ! Depuis des semaines, je suis patiente, je me dis qu'il te faut du temps mais je vois aucun changement. C'était juste des paroles en l'air, juste de jolis mots pour me faire taire. T'es qu'un beau parleur et je n'aurais jamais dû tomber sur toi ! » Plus je m'énervais, plus je sentais la fièvre montée en moi. Je n'étais plus la même, la seule fois où j'ai été dans cet état, c'est à la mort de ma mère et encore.. C'était plus de la tristesse que de la colère. J'étais au bord des larmes et je n'avais qu'une envie que tout cela cesse. Je sentis alors la main d'Alexis se resserrer un peu sur ma taille mais je la dégagea d'un revers de la main avant de me diriger vers Lukas, ayant un peu repris mes esprits et ma candeur. « Tu sais quoi ? Tu préfères ta vie de con ? Très bien. Le bonheur t'aurait étouffé de toute façon. » Je sentis alors une fine larme coulée le long de ma joue. Je n'avais plus froid tout d'un coup, à croire que l'énervement m'avait réchauffé. Jamais je ne m'étais mise dans un tel état et, déjà, je le regrettais. Ma réaction injuriait toutes les valeurs que mon père s'était donné tant de mal à m'inculquer : le respect, la plénitude, la douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


✔ PSEUDO : Tif'
✔ MESSAGES : 93
✔ AVATAR : GaspardHOTUlliel
★ ÂGE : 21 ans
★ UNIVERSITÉ OU MÉTIER : Harvard


MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   Dim 1 Mai - 0:38



Ambre &
Lukas

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Non, Lukas. C'est juste ma façon à moi de te dire : "Tu me laisses tomber alors que l'on est censé passer la soirée ensemble, je peux faire de même". » Elle garda son regard inlassablement fixé sur Lukas. Des disputes, ils en avaient déjà connues un bon nombre. Ils s’envoyaient en pleine face ce qu’ils ne pouvaient supporter. Quelques jours plus tard, ils se réconciliaient et faisaient comme si de rien n’était. Lukas avait l’étrange impression que dans cette dispute, un plus grand enjeu se jouait. Peut-être tout simplement parce qu’une fois, les rôles étaient inversés. Peut-être que pour la première fois, il se rendait enfin compte de l’effet de ce que cela pouvait produire de se faire lâchement jeté aux oubliettes par la personne avec qui vous étiez normalement censé passé la soirée. Peut-être que pour la première fois, il comprenait pourquoi Ambre lui reprochait tant de fois sa manière de vivre. Peut-être que pour la première fois, il était mis au pied du mur. Face à ses sentiments qu’il avait pendant si longtemps refoulés et avait pris soin de ranger au plus profond de son esprit. « Alors c’est de ma faute maintenant ? Non mais, c’est bon, j’ai l’habitude. Dans l’histoire, c’est toujours de ma faute. » Lukas avait lâché ses phrases d’un ton si blasé que lui-même en fut légèrement déconcerté. De sa faute. Petit, il avait toujours pensé que si son père allait chercher de l’affection ailleurs, il en était le principal responsable. Il avait longtemps pensé que s’il n’avait pas été là, peut-être que l’amour qui unissait autrefois ses très chers parents serait toujours présent dans leur quotidien. Il dût attendre l’adolescence pour se rendre compte que si son père préférait fricoter avec d’autres femmes plutôt que de passer des moments agréables avec sa propre femme, ce n’était non de sa faute mais celle de son géniteur. Après tout, son père était le seul maître de ses décisions et s’il aimait vraiment sa mère, il ne ressentirait pas le besoin de quitter la maison tard le soir pour se rendre dans le lit d’une autre. Depuis cet épisode, Lukas a appris à rejeter la faute sur les autres. Qu’il soit réellement le fautif ou non, il prend soin désormais de se tenir éloigner des problèmes, quitte à mentir et faire passer les autres pour les éléments perturbateur de l’histoire. Certes, vous pourrez certainement me dire, qu’ici, en ce moment même, il venait d’avouer que tout ce qui arrivait était de sa faute. Mais son manque de conviction était tellement contradictoire qu’il était dur de croire que pour une fois, il acceptait de reconnaître qu’il était le seul responsable dans l’histoire.

« Non mais tu te fous de moi ou quoi ! Tu m'avais promis d'arrêter ! Tu me l'avais promis Lukas ! Depuis des semaines, je suis patiente, je me dis qu'il te faut du temps mais je vois aucun changement. C'était juste des paroles en l'air, juste de jolis mots pour me faire taire. » Alors qu’il continuait de marcher en direction du café, Ambre le rattrapa, poussée par un élan de colère que Lukas ne lui connaissait pas. Le jeune homme se retourna, tentant tant bien que mal de contenir sa colère. Il avait toujours été connu pour savoir contrôler sa colère. Très peu de gens l’ont vu céder à sa fureur. Ne laisser transparaître aucun de ses sentiments. Tel était l’une des nombreuses règles de son père. Selon lui, rester impassible et distant face à tous les problèmes était la meilleure manière d’exceller. Se laisser attendrir. S’attacher était synonyme de faiblesse à ses yeux. Montrer que nous étions en colère. Que nous compatissions. Que nous étions en total désaccord. Que nous étions désespéré. Que nous étions sûr de soi. Était la meilleure façon de donner à son adversaire un moyen de nous enfoncer. Rester impassible était l’une des nombreuses doctrines de la famille Bailey. Lukas répondit, d’une voix vibrante et grave à travers laquelle, seulement ceux qui le connaissaient réellement, pourrait y déceler une trace de rage grandissante : « Tu crois que c’est aussi simple toi ? Que je vais changer du jour au lendemain ? Que je serai un gars romantique prêt à aimer véritablement une seule fille ? Tu as été naïve ma petite Ambre si tu t’attendais à ce que ce soit aussi facile. » Il faut l’avouer, au départ, sa promesse n’était que des paroles en l’air. Il n’y croyait pas. Après tout, pourquoi changerait-il ? Il était tellement bien comme il l’était. Sa vie comme il la vivait dès à présent était celle à laquelle il avait pendant toute son adolescence rêvée. Aucune règle. Juste libre de faire ce dont il avait envie. Mais plus il côtoyait en Ambre et plus sa promesse prenait du sens. Il ne pourrait jouir de cette vie pendant encore très longtemps, alors que s’il changeait, s’il se posait, il serait plus enclin à réussir que ce soit dans sa vie professionnelle que dans sa vie privée. Oui, Ambre lui a permis de croire en sa réussite. Elle lui a donné la conviction qu’il pouvait changer. C’est elle qui lui a donné envie de tenir sa promesse. Avant tout, c’était pour elle qu’il voulait le faire. Juste pour elle.

« T'es qu'un beau parleur et je n'aurais jamais dû tomber sur toi ! » Un silence plana quelques instants sur la rue, seul le bruit lointain de la circulation venant le rompre de temps à autre. Lukas digéra les paroles de son amie avec difficultés. Encore une fois, il se demandait pourquoi lorsque ses paroles venaient d’une autre fille totalement dégoûtée par son comportement, elles lui donnaient plus envie de rire qu’autre chose. Mais aujourd’hui, il n’avait pas envie de rire. Bien au contraire. Il avait envie de crier. Hurler. Montrer au monde entier combien cette situation le rendait mal. « Tu savais que j’étais un beau parleur. Tu aurais pu très bien pu me repousser. Après tout, qu’est-ce que ça aurait pu changer pour moi. T’étais une fille comme les autres. » Il ne croyait en aucun mot qu’il venait de dire. Mais, elle venait de s’en prendre à son égo. Elle l’avait blessé. Touché là où cela fait peut-être sans qu’elle ne le veuille réellement, mais le mal était fait. Il devait lui rendre la pareille. Quel qu’en soit le prix à payer. « Tu sais quoi ? Tu préfères ta vie de con ? Très bien. Le bonheur t'aurait étouffé de toute façon. » Touché en plein cœur. Littéralement. Plus les répliques s’amoncelaient et plus il se sentait de plus en plus anéanti. Lukas ferma les yeux. Ne rien laisser transparaître. Ne rien laisser transparaître. Ne rien laisser transparaître. Avant d’ouvrir les yeux, il poussa un long soupir tentant de se débarrasser au passage de la colère et douleur qui le rongeaient. Lorsqu’il posa son regard sur le visage d’Ambre, il y vit une larme. Ils avaient été trop loin. Il avait été trop loin. Pourquoi devaient-ils toujours se prendre la tête ? Pourquoi ne pouvaient-ils pas simplement vivre leur vie sans se soucier de l’autre ? Pourquoi, depuis leur rencontre, Lukas sentait le besoin permanent de protéger Ambre ? Pourquoi ? Il déglutit difficilement, tout en rapprochant sa main du visage de la jeune fille. De son pouce, il essuya la larme qui déferlait sur la joue de son amie. Il resta un instant en suspens, sa main toujours posée sur le visage d’Ambre, son regard ancré dans le sien. Lukas avait l’étrange impression d’être seul au monde. Il en oublia les filles qui l’appelait derrière la vitre, la conquête du soir d’Ambre qui les regardait d’un air impatient, l’agitation plus loin, les problèmes dans le monde entier. Il était avec elle. Simplement. Il murmura un désolé que seule Ambre pouvait entendre pour ensuite enlever sa main de sa peau si douce et encore légèrement humide d’avoir versé quelques larmes. L’expression du visage de Lukas s’adoucit quelque peu. Il ne répondit pas à la pique d’Ambre. Elle n’avait pas besoin qu’il la blesse une nouvelle fois. « J’aurais voulu que ça se passe autrement. Je voulais vraiment changer. Pas pour moi. Mais pour toi. T’avais l’air de tellement croire en moi que je me disais que peut-être que tu avais raison. Mais, je te déçois. Regarde-nous. Regarde où nous mène toute cette histoire. » Il s’arrêta quelques instants avant de reprendre. « Je sais que je te fais du mal. Et je peux pas le supporter. Tu sais, tu es l’une des meilleures choses qui me soient arrivée. Mais j’ai été la pire pour toi. » Il lâcha un petit rire, dénué de toute conviction. C’était un rire sans joie de vivre. Un rire qui témoignait de l’embarras dans lequel il se trouvait. Il ne savait pas où il voulait en venir. Il ne savait pas où il allait. Ni ce qu’il faisait. Il savait une seule chose. Que s’il continuait sur cette lancée, il perdrait la personne qui compte le plus pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you know how long I've been waiting for you ? ▬ PV LUKAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWITCH PEOPLE ϟ Tout le monde a une double personnalité, ou presque ! :: The beginning :: “ rp provisoire „-